Carrefour cède 10% de sa filiale brésilienne à Abilio Diniz

Management d'équipe
Carrefour cède 10% de sa filiale brésilienne à Abilio Diniz

De la boutique familiale au groupe GPA

Dès la fin des années cinquante, le père d’Abilio Diniz (Abilio Diniz - lefigaro.fr) comprend que le commerce écrira son avenir dans les supermarchés et le libre service. C'est sur un boulevard particulièrement réputé de la ville de Sao Paulo que son père inaugure sa première boulangerie. Le magasin familial est baptisé Pão de Açúcar, tenant bien sûr son patronyme du Pain de Sucre de Rio. En 1959, Abilio Diniz lance le premier libre-service du groupe Pão de Açúcar. Une dizaine d’années plus tard, le groupe compte 1 400 collaborateurs répartis dans quarante supermarchés.

Afin de ne plus être une tête de turc, il s’est initié aux arts martiaux. Dans son enfance, Abilio Diniz est la tête de turc des gosses de son quartier. Abilio Diniz est diplômé d'une école de management à Sao Paulo, où il est entré en 1956.

Bénéficiant d'une richesse évaluée à près de 4 milliards de dollars, Abilio Diniz est le 10e individu le plus riche du sous-continent brésilien, d'après "Forbes". On compte au Brésil l'entrepreneur parmi les personnalités les plus influentes. En 2011, Abilio Diniz intègre la Chambre de Politique et de Gestion et compétitivité, dont les missions sont de rendre compétitives les sociétés brésiliennes et d’augmenter l’efficacité des services publics. Selon le magazine brésilien "Epoca", le businessman compte parmi les cent personnages les plus influents dans le pays.

En juin 2015, la participation dans le capital de Carrefour au Brésil est augmentée à 12%. Via la société Peninsula, Abilio Diniz siège désormais au CA. Peninsula, un fonds d'investissement fondé par les Diniz, rend publique en décembre 2014 l'acquisition de 10% du capital de la branche brésilienne de Carrefour. Il renoue avec le domaine de la distribution brésilienne, à presque 80 printemps et avec un partenaire de premier plan. En avril 2013, Abilio Diniz prend la tête du conseil d’administration du géant de l’agroalimentaire Brasil Foods (BRF).

La foi, le sport, un homme de valeurs

Abilio Diniz est catholique pratiquant, il est très attaché à Sainte Rita, qui n'est autre que la sainte des causes désespérées. L'entrepreneur se réclame comme appartenant au "capitalisme responsable", un mouvement lancé aux USA et qui préconise le contentement et la stimulation des collaborateurs dans les sociétés. Fondateur du groupe d’Audax, destiné à déceler les jeunes talents, Abilio Diniz appartient aussi au comité consultatif du club de foot de São Paulo.

La collaboration avec Casino, une aventure inachevée

Casino contrôle Grupo Pão de Açúcar dès 2012. C’est le divorce et le départ d’Abilio Diniz du conseil d’administration quelques mois plus tard. A l'automne 2013, l’accord signé avec Casino lui donne la possibilité d’être libéré de sa clause de non-concurrence. Il peut maintenant envisager des investissements dans l'ensemble des secteurs économiques. Abilio Diniz revend des actions pour un milliard de dollars à Casino et s’engage à céder le contrôle de son groupe 7 années plus tard à Jean-Charles Naouri, le PDG de Casino.